Javascript is disable - http://www.supportduweb.com/ - Générateur de ribbons(Bandeaux) web 2.0

 

 

 

Genèse

   
        Il m'a fallu m'éloigner du roman et me nourrir d'autres sources, les nombreuses interviews que Marilyn a donnés et les entretiens, innombrables où l'on parlait d'elle, m'ont été précieux et m'ont permis d'écrire les scènes qui manquaient. Toutefois l'inspiration venant du roman de Oates concerne 40 % de la pièce.

L'histoire

        Au-delà de la vie de Norma Jean Baker – alias Marilyn Monroe, c'est surtout la convocation d'un rêve, celui d'une vie et des promesses qu'elle recèle.
        De la question du bonheur, de l'idée que l'on peut avoir de la réussite, du fait de «s'accomplir» dans quelque domaine que ce soit, de tout cela, une nation, dès sa naissance, en a fait ses soubassements, sa raison d'être, sa nécessité, sa fierté, son dogme national.
        C'est en partie, ce que l'on appelle «le rêve américain».
        Aujourd’hui, le rêve s'est propagé dans le monde entier et la question du bonheur reste entière.
        Dans le cas présent, cela donne une comédie carnivore, un conte moderne, l'histoire de Cendrillon revue et visitée par Martin Scorsese et qui se situe dans un pays étrange, un pays où si les citrouilles se transforment en carrosses, elles carburent au whisky et à la vodka et laissent dans leur sillage des trainées de cocaïne.
        Et les rôles des petites souris sont tenus par des rats et des porcs.
        Et le prince charmant ne l'est pas du tout.
        Et au milieu du désert brulant, la petite fille qui crie son manque d'amour et son effroi.
        Et qui rencontre la bête aux mille yeux, et qui lui demande : « Mais qui es-tu ? ».
        Et la bête qui lui répond : «Vulgarité est mon nom, et je t'aimerai, je t'adorerai, je t'immolerai, et tu seras comète, flèche de feu dans le ciel, tu seras princesse ardente et immortelle».
        C'est l'histoire de la rencontre entre une névrose et la société de consommation.

La pièce

        L'histoire de Norma Jean Baker est écrite pour cinq actrices et sept acteurs, plus le metteur en scène qui doit jouer aussi.
        Si l'écriture, à part le poème du tireur d'élite et un passage de la mère, est réaliste, elle doit se lire comme un conte, les partitions de chaque acteur étant le reflet d'un caractère, d'une pensée, d'un désir, d'une thématique, se déclinant à travers plusieurs rôles. Ceci est valable aussi pour Blonde qui, dans la pièce, traverse quatre âges de sa vie, enfance, adolescence, jeune actrice, star et chute.
        Toutes les partitions sont pensées sur un principe de poupées russes.

Le spectacle

        Si le fond de la pièce est tragique, elle contient aussi beaucoup de situations cocasses, le spectacle peut et doit faire rire, le jeu des acteurs doit être rapide, léger, enlevé. Les personnages ne s'apitoient pas sur leur sort ni sur celui des autres, ils n'en ont pas le temps, ils avancent à marche forcée, leur survie en dépend, mais s'ils sont souvent féroces et impitoyables, ils peuvent aussi se montrer plein de délicatesse, de compassion et d'humour.

        L'histoire étant ce qu'elle est, la question du cinéma devra être traitée. Comment montrer le cinéma au théâtre ? Idem pour la comédie musicale, certaines scènes seront dansées, d'autres chantées.
        Une attention particulière devra être portée au rythme des voix, des sons et des corps évoluant dans l'espace scénique.

        Ce spectacle au jeu rapide, extrêmement physique, les femmes et les hommes en sont le centre, donc les acteurs ! C'est la mise en scène qui est à leur service et non l'inverse.


John Arnold

____________________________________________________________________________________

D'après Blonde de Joyce Carol Oates
Adaptation et mise en scène : John Arnold
Assistant à la mise en scène : Grégory Fernandes
Scénographie et Costumes : Aurélie Thomas
Création Lumière – Direction technique : Olivier Oudiou
Assistant Lumière et régie générale : Thomas Cottereau
Création sonore : Marc Bretonnière
Vidéo : Michel Ferry
Administration : Laurent Pousseur
 

Avec :

Aurélia Arto* / Estelle Chabrolin*
Philippe Bérodot
Bruno Boulzaguet
Jean-Claude Bourbault
Samuel Churin
Evelyne Fagnen* / Myriam Azencot*
Antoine Formica
Jocelyn Lagarrigue* / Joffrey Roggeman*
Marion Malenfant
Olivier Peigné
Fabienne Périneau
Maryse Poulhe
John Arnold

*en alternance


 

 Fiche technique

 

Téléchargez ici la fiche technique du spectacle "norma jean".

____________________________________________________________________________________

Durée : 2h30 sans entracte

____________________________________________________________________________________

 

Production déléguée : Théodoros Group. Coproduction : Théâtre des Quartiers d'Ivry.
 

Avec l'aide à la production de la DRAC Ile-de-France, Ministère de la Culture et de la Communication et le soutien de l'ADAMI. Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National. Avec le soutien du Théâtre Firmin-Gémier / La Piscine, du Fonds d'Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, DRAC et Région Provence-Alpes-Côte d'Azur, de Scènarts et de Tango Prod.

    


Tous nos remerciements au Théâtre de l'Europe Odéon, au Théâtre du Rond Point, au Théâtre de l'Atalante, au Théâtre National de Toulouse, Hélène Lausseur, Théâtre Gérard Philipe CDN de Saint-Denis, Anne-Lorraine Vigouroux. A tous ceux qui ont manifesté leur bienveillance à l'égard de ce projet. Et surtout à Joyce Carol Oates et Valentine Vidal sans qui cette pièce n'aurait jamais été écrite.

            

 

Tournée 2014


VOIR DATES ICI


    Création du 3 au 29 janvier 2012 au Théâtre des Quartiers d'Ivry
    Production et diffusion Tango Prod (Laurent Pousseur) administration/production

Tél portable : 0 033 (6) 60 06 50 52

Tél fixe : 0 033 (1) 44 93 04 33

mail : laurent.pousseur@free.fr

____________________________________________________________________________________

PRESSE

____________________________________________________________________________________

"John Arnold orchestre avec fluidité une mise en scène qui fait la part belle à des envolées dramatiques, oniriques et ludiques, le tout au service de 13 acteurs multi-rôles..." -

8 janvier 2012 / PUBLIK'ART 

____________________________________________________________________________________

"Une création et une mise en scène audacieuses de John Arnold." -

7 janvier 2012 / FRANCE INFO

____________________________________________________________________________________

"Tel un chœur antique, réunis autour d’un corps recouvert d’un drap, des comédiens annoncent le destin de la blonde la plus célèbre de la planète : Marilyn Monroe. La jeune actrice menue, Marion Malenfant, brûle véritablement les planches."-

5 janvier 2012 / LE FIGARO

____________________________________________________________________________________

"John Arnold adapte Blonde, le roman-fleuve de Joyce Carol Oates et la mise en scène sur le ton d’une comédie poignante et grinçante. Bluffant !" -

5 janvier 2012 / LE JOURNAL DU DIMANCHE

____________________________________________________________________________________

"Un texte et des acteurs beaux et sublimés, un grand spectacle intelligent" -

5 janvier 2012 / UN FAUTEUIL POUR L'ORCHESTRE

____________________________________________________________________________________

 

Paru dans La Terrasse N°192 du 02 novembre 2011

John Arnold dans La Terrasse, magazine sur la culture.

cliquez sur l'article pour une lecture maximale.

 

 

Vidéo

En suivant le lien suivant, vous pourrez visionner un document sur "Norma Jean". Voir et revoir...

Photos

Découvrez en avant première les premières photos des répétions de la pièce évènement de 2012. lire la suite...

Contact

laurent.pousseur@free.fr

tél : 0 033 (1) 44 93 04 33